livre

hillary clinton, hillary, clinton-1754429.jpg

Un syndrome d’imposture Hillary (Clinton) ?

Se présenter à la Présidence des Etats-Unis : une imposture d’Hillary ?

Étonnamment je me suis vu proposer deux biographies d’Hillary Clinton en une semaine. Alors je ne pouvais que répondre à ce signe bien que spontanément je ne me serais pas tournée vers une telle lecture. La première est de sa propre rédaction, ou plutôt avec l’aide d’une journaliste a priori si j’en crois la deuxième. C’est un pavé et j’ai eu du mal à avancer car c’est extrêmement détaillé : la dame de Chicago raconte par le menu ses rencontres, presque au jour près. La multitude de noms américains nous parlant peu, cela peut vite devenir lourd. C’est alors que le second livre, écrit par Christine Ockrent et en format poche, m’est arrivé. J’ai ainsi laissé le gros estimant que je me ferais déjà une opinion avec la version de la « reine Christine » (ndlr mais pour les jeunes, la journaliste a été la première femme à présenter le journal télévisé en France).

Si ces ouvrages ne sont pas passionnants ou à suspense comme un roman ou un polar, je leur trouve le mérite de poser bien des questions quant à la condition de femme. Car tout au long, c’est ceci qui est soulevé devant la façon dont Mme Clinton a pu être traitée. J’avais déjà trouvé qu’il fallait être un surhomme en découvrant le métier de Président à travers Nicolas Sarkozy, mais pour elle, il lui faut être exceptionnelle ! Pas faite comme moi, c’est sûr, et pourtant j’ai pu me reconnaître en elle quant à ses émotions qu’on ne voit jamais à la télévision mais qui sont bien là.

Serions-nous encore au Moyen Age ? Le livre « Un Lointain Miroir » nous interroge.

Une fois de plus, j’ai puisé dans ma brocante mon dernier livre de chevet. C’est un pavé qui me tombât sous la main, d’un gros format et aux pages denses de mots. Et bien que je ne m’endorme pas sans lecture, ce fût long d’en arriver à bout. Cela étant, c’est quand même 100 ans qui nous sont exposés, alors cela ne peut pas se passer en un clin d’œil. C’est un survol procuré par une auteure américaine que je ne connais pas, mais elle a l’œil assuré et perçant du faucon pour nous raconter un siècle de calamités. Historienne, elle a fait sept ans de recherches pour écrire ce livre. Selon Wikipedia, elle en a écrit d’autres notamment sur la Grande Guerre. Notons qu’elle a reçu le prix Pulitzer en 1963, c’est dire son érudition. On constate d’ailleurs celle-ci dans toutes les lignes tant les détails sont importants ; parfois ils sont même trop présents et ont le risque de prendre le dessus de l’histoire. Mais comment faire autrement tant nous avons là un écheveau de personnalités et d’égos qui en fin de compte impriment l’avancement de l’humanité ?

Recommandation lecture : un lointain miroir de Barbara W. Tuchman
back to school, books, vintage-932992.jpg

Lecture : les livres que Tiktok m’a fait acheter

Avec l’arrivée de l’automne et des jours qui raccourcissent, on a envie de se pelotonner sur son canapé, enroulé dans un plaid, une tisane fumante à la main et un livre dans l’autre. Il y a peu je vous parlais de l’impact de Tiktok sur le monde de l’édition. Le réseau social ayant redonné un coup de fouet aux ventes de certains titres par le biais de vidéos recommandations rassemblées en masse sous le hashtag #booktok. Aujourd’hui je vous présente ces livres que Tiktok m’a fait acheter et mon avis sur ces (bonnes) trouvailles.

Livre mode : un défilé de vanités

Cécile Sépulchre est splendide sur la quatrième de couverture de son livre. Elle a visiblement « tout pour plaire » sur cette photo d’identité en noir et blanc : cheveux longs et suffisamment blonds pour le glamour et la féminité, sourire d’ange sans être mièvre avec des dents parfaitement alignées, regard intelligent… Et quand on lit son pedigree, cela ajoute à ce portrait un beau parcours dont quinze ans en tant que rédactrice en chef dans la mode. Alors forcément, son livre qui raconte cet univers ne peut qu’être le bon fruit de sa production. A un âge où il est dit que les femmes sont à leur apogée, ce qu’elle montre bien, elle a pris la plume.

Livre mode Le défilé des Vanités par Cécile Sepulchre

Livre : un bon coup de jeune par Alix Girod de l’Ain

Certaines des femmes de mon âge sont déjà grand-mères depuis longtemps et je me dis souvent que ça doit être encore un de ces stades qui vous fait sentir la vieillerie qui vous gagne. Pour l’instant, ce sont les factures du dentiste ou les trous de mémoire qui me font comprendre que l’âge grandit mais tant que je ne suis pas appelée Mémé ou Mamy, j’ai l’impression de ne pas avancer trop vite. Et puis quelle chance, j’ai encore mes deux parents en forme, alors je me sens toujours petite fille ; mon âme est pleine d’entrain et d’angoisses comme à mes vingt ans malgré un corps qui se délabre un peu. Tout ça, Alix Girod de l’Ain le raconte avec humour dans son livre « un bon coup de jeune » que je viens de terminer. Léger et facile, si vous avez envie de rire (même un peu jaune parfois tant il renvoie notre reflet), il peut suffire.

livre un bon coup de jeune

Livre : Au temps des tempêtes ou les dessous du métier de Président

De loin, on peut se demander quand Nicolas Sarkozy n’a pas été dans la tempête… J’ai l’impression que la mer calme, ce n’est pas pour lui. Je crois avoir entendu son nom pour la première fois alors qu’un forcené menaçait de son arme une maternelle de Neuilly-sur-Seine dont il était le Maire. Ce courageux homme avait été vu en bras de chemise attraper un bambin pour l’éloigner des menaces. Ce n’était pas si mal estimais-je. Comment aurait-il pu faire autrement que de ne pas passer alors à la télé quand toutes les chaines étaient à scruter le couloir de l’école ? Un gosse de plus sur le bras, délivré après une négociation avec quelqu’un qui n’a rien à perdre, ce n’est pas donné à tout le monde,  Naïve que j’étais, je ne pensais pas que beaucoup l’attaquerait sur cet acte qui, chez d’autres serait qualifié d’héroïque.

livre le temps des tempêtes de Nicolas Sarkozy

Tiktok ou quand un réseau social redonne le goût de la lecture aux jeunes

89 minutes par jour, c’est le temps moyen passé à scroller sur TikTok (source Music Business Worldwide). Un chiffre qui paraît énorme mais qui finalement ne me surprend pas tant que ça car, pour l’avoir expérimentée, je sais à quel point la plateforme est addictive. Je suis tombée dans la marmite, comme beaucoup de ma génération, un peu réticente et perdue face à ce nouveau réseau social, durant le premier confinement de mars 2020. D’abord attirée par les vidéos de couture et autres tutos puis par une “communauté” rassemblée sous le nom de Booktok

Tiktok booktok livres

Le monde de Sophie : philosophie en roman

Je ne sais pas pourquoi, « le Monde de Sophie » me faisait penser à Alice au Pays des Merveilles. Toujours est-il que je n’avais jamais lu ce livre qui restait tapi dans ma mémoire depuis sa parution, c’est-à-dire il y a 25 ans environ. Et au hasard d’une brocante, voilà qu’il me fait un clin d’œil. En parfait état, je vois ce livre de poche qui me tend les bras, ou plutôt la main puisque c’est la représentation de sa couverture. Et au hasard de l’ouverture des pages, l’allusion à un lapin blanc dans lequel nous Terriens nous nous cacherions, fait tilt. La coïncidence est trop grande pour ne pas la saisir et je tends mon euro au vendeur. A bien regarder de près, la main est dans la posture de tenir un ballon de baudruche remplacé par un petit arbre, et en lisant la 4e de couverture, voilà qu’il est question d’un roman initiatique : tout un programme.

Roman le monde de sophie par  Jostein Gaarder

Livres, séries, films : un carnet pour garder les comptes !

Addict aux échappées imaginaires, je dévore livres, séries et films par dizaines. Et j’ai de la chance, dans ce milieu, l’offre est abondante. Mais pour faire le tri entre ce qui vaut le coup ou non, et surtout me rappeler de ce que j’ai commencé, j’ai décidé de tout consigner dans un carnet.

J’ai utilisé un carnet publicitaire que j’ai recouvert avec divers papiers.

S’occuper à la maison pendant le confinement Covid 19 : épisode n°5

Vendredi 20 mars : la semaine s’étire et voilà que nous avons la leçon « d’avoir du temps ». Et si nous prenions ce temps d’arrêt comme un inimaginable cadeau inédit… bien souvent nous y aspirions ! Qui n’a pas dit être trop pressé ? Devoir reporter des loisirs ou autres occupations chez-soi faute de temps ? Exprimé qu’il ne voyait pas assez ses enfants alors qu’il travaillait ? Et bien d’autres « j’ai pas le temps », « quand j’aurai le temps, je ferai… », « si j’avais le temps… ». Et bien en voilà du temps, et peut-être plus qu’il n’en faut car désormais on se demande comment « tuer le temps » ! Et si on faisait fructifier nos heures « perdues » en apprenant quelque chose ? Grâce à nos médias, une infinité de savoirs nous est désormais accessible, autant en profiter.

confinement jour 5