Résolution d’automne : je fais évoluer mon alimentation

Ce n’est pas le temps des régimes car vouloir entrer dans son maillot de bain pour faire la belle sur la plage (motivation ô combien première) est peu de rigueur en ces débuts de frimas de novembre. Et pourtant, n’est-ce pas le moment, tout en cocoonant dans son pyjama en pilou de considérer notre régime ? Pas celui pour perdre des bourrelets mais celui qui nous aide à déployer toutes nos énergies au quotidien. Celui qui nous fait résister au stress ou qui préserve notre immunité, celui qui nous aidera à mieux surmonter les maux de l’hiver et autres maladies. Eh bien, tout simplement, c’est notre approche alimentaire qui est à considérer. Entre les modes, les gourous de la diététique, les pages internet et les livres de cuisine, il parait de plus en plus difficile de faire juste et bien. Si en plus on y mêle la culture, proche ou lointaine, on n’a pas fini de s’emmêler la fourchette… A travers quelques préceptes des grandes civilisations, voyons ce que nous pouvons faire à notre niveau sans se prendre la tête.

La qualité des aliments

Mangeons-nous suffisamment « brut » et « frais » ? En clair, il est toujours préférable de partir des matières premières que nous transformons nous-mêmes plutôt que d’acheter un plat cuisiné. Et « frais » signifie ici de première fraîcheur et non sorti du congélateur. Dans la même veine, il y aussi la notion de terroir et de saisons, sur lesquels on est désormais bien (re)sensibilisé : c’est l’adage « Qui change le sol change le sang » selon l’agronome André Voisin. J’ai particulièrement conscience de cela quand, par exemple en vacances, nous achetons des produits du cru. Je me souviens d’une tomme achetée sur un marché auvergnat pour le pique-nique. Elle avait une saveur incomparable, comme si nous mangions l’herbe et le soleil de la Lozère d’été, mais une fois chez nous il n’en fût plus rien, l’association n’était plus possible. Au-delà de la rentrée, elle avait perdu sa saveur locale.

L’instinct

Notre corps sait très bien nous dire ce qui nous va ou pas. Qui n’a pas eu à courir aux toilettes après avoir ingurgité un truc pas clair -mais invisible- ou fait une allergie subite à un aliment, pour le prouver ? Sans aller dans ces incidents mais avec un peu plus d’attention à soi, on peut trouver ce qui nous provoque gargouillis et ballonnements, migraines et apathies. Mais l’instinct est à distinguer d’autres facteurs délétères pour les bienfaits d’une alimentation : le manque de temps pour manger, ou encore les habitudes alimentaires que l’on prend dès l’enfance, et qui ne sont pas forcément bonnes même si elles sont gratifiantes psychologiquement, les états d’âme qui agrandissent ou coupent l’appétit. Enfin, l’instinct ne veut pas dire revenir à l’homme des cavernes et le régime paléo qui dure : cuire et manger varié a contribué à améliorer l’espérance de vie. L’instinct c’est donc à la fois savoir ce qui nous fait du bien jusqu’aux bout des cellules tout en luttant contre nos envies insidieuses et en sachant appliquer ce que la science nous apprend. Les régimes traditionnels asiatiques savent très bien repérer nos tempéraments, tout comme Hippocrate parlait de nos humeurs, pour savoir ce qui convient à notre nature et aux cycles saisonniers.

Le végétarisme

C’est un régime alimentaire recommandé car les végétaux apportent multiples nutriments et vitamines valant bien des compléments alimentaires. A ne pas confondre cependant avec végétalisme ou véganisme : l’absorption de protéines nous est indispensable. Et au lieu de se tourner vers les animaux qui nous les fournissent, on trouve les œufs ou les produits laitiers.

Eviter le gras et le sucré, encore plus s’ils sont associés

Et dire que j’ai donné des tartines de la célèbre pâte aux noisettes à ma fille ! La génération Nutella a-t-elle donné une épidémie de capitons et de bouboules ? A en croire les programmes de santé publique et les crèmes anticellulite, peut-être… Mais le problème n’est pas de se faire plaisir de temps en temps, c’est celui de la répétition et de l’accumulation. Un gâteau du dimanche ou bouffer le pot de confiture un peu plus vite que prévu n’est pas ennuyeux dès lors que notre alimentation habituelle est frugale et sans excès de graisse et de sucre ajouté.

La variété

C’est elle qui va nous apporter un peu de tout, et c’est ce dont nous avons besoin. Car à bien lire tous les conseils de la terre, forcément nous avons des contradictions insolubles. Par exemple, la pomme de terre est bannie de certains régimes alors qu’elle contribue à dégommer l’acidité du corps fortement recommandée ! Ou encore le calcium du lait serait plus que recommandé pour fortifier nos os quand ce breuvage est décrié par ailleurs.

Dans le concret pour cet automne, que peut-on tenter ? Juste quelques petits changements et observer les résultats. Exemples :

  • Un engagement. Comme faire son plat de pâtes ou de riz soi-même plutôt que le prendre congelé, quitte à ajouter les ingrédients additionnels en boîte ou surgelés de qualité,
  • Apprendre une bonne fois pour toute : (s’)offrir un calendrier ou un almanach des saisons, Terre Vivante par exemple en édite de jolis. Au minimum, le suivre pour un légume et un fruit que l’on ne faisait pas jusqu’à là.
  • Diminuer sa consommation de viande. Se fixer par exemple un repas, un jour, etc, sans animal dans l’assiette.
  • Prendre rendez-vous auprès d’un consultant en ayurveda, en diététique chinoise, en naturopathie, histoire de compléter notre conventionnelle diététique.
  • Noter les aliments que l’on mange sur une quinzaine et les compter. Pour vérifier notre niveau de variété : s’il y a des répétions, le maître aurait écrit « peut mieux faire »…

Bon appétit !

3 réflexions au sujet de « Résolution d’automne : je fais évoluer mon alimentation »

  1. Je garde l’idée de noter les repas sur 15 jours … c’est vraiment une idée
    intéressante qui permettra les ajustements nécessaires !
    Je suis dans la même optique que toi, ne pas trop emmagasiner cet hiver …
    J’espère que tes résolutions te seront bénéfiques!
    Bel automne !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s