Livre mode : un défilé de vanités

Cécile Sépulchre est splendide sur la quatrième de couverture de son livre. Elle a visiblement « tout pour plaire » sur cette photo d’identité en noir et blanc : cheveux longs et suffisamment blonds pour le glamour et la féminité, sourire d’ange sans être mièvre avec des dents parfaitement alignées, regard intelligent… Et quand on lit son pedigree, cela ajoute à ce portrait un beau parcours dont quinze ans en tant que rédactrice en chef dans la mode. Alors forcément, son livre qui raconte cet univers ne peut qu’être le bon fruit de sa production. A un âge où il est dit que les femmes sont à leur apogée, ce qu’elle montre bien, elle a pris la plume.

Livre mode Le défilé des Vanités par Cécile Sepulchre

Même si elle ne raconte pas son histoire, on sent le vécu dans l’antre d’un magazine de mode. Son roman se passe dans ce genre de rédaction qui plus est dans le luxe. Alors elle nous concocte un défilé de portraits des travailleurs qui font tout pour qu’un papier glacé sorte tous les deux mois. On pourrait se dire que c’est superficiel : certes, cela l’est quand on songe au rapport futilité-réalité de nos vies, mais ses mots ne le sont pas. Les personnes qu’elle dépeint sont saisies dans le vif de leur situation et l’on découvre des métiers et des conditions de travail bien loin des robes et montres de rêve qui font le papier.

Elle reste cependant dans le registre « féminin », si tant est que celui-ci se stéréotype par les rencontres et histoires d’amour, ici sur le lieu de travail, les états d’âmes et les références aux marques d’accessoires célèbres. Aussi, les filles sont le lectorat sans doute qui l’appréciera le plus. Facile à lire, il est accessible à beaucoup et peut même donner envie à des ados de prendre un bouquin de plus de 300 pages.

Mais ce livre est instructif aussi pour les relations humaines car on y voit toutes les perfidies pour assurer une carrière. Il démontre comment la jeunesse et les dents longues, ou encore un homme qui cherche son pouvoir, mènent la vie dure à une « rédactrice de plus de 45 ans », pourtant liftée pour paraître un peu moins, compétente mais vite révolue. On est loin des apparences amies-amis qui se font des bises et s’échangent les cadeaux de presse quand on regarde de près les fonctionnements de ce petit univers qui fait écho à bien d’autres. Décidément, il ne dépare pas des statistiques du travail et le quotient émotionnel est vite mis à la trappe.

Si vous voulez sortir de votre train-train et connaître le microcosme de la presse de luxe, et particulièrement de mode, saisissez ce roman.

  • Il va vous faire connaître les stagiaires, trop heureuses d’intégrer un tel milieu, qu’elles en sont corvéables sans fin.
  • Avec étonnement, vous découvrirez que les femmes en mal d’amour se jettent sur le premier « hétéro » qui passe, d’autant plus qu’il se fait rare dans ce milieu tolérant qui a admis depuis longtemps l’homosexualité.
  • Peut-être serez-vous septique devant les extravagances et comportements qui n’indiquent pas forcément que du mieux pour la race humaine… parfois, je me suis dis que l’on approchait de la décadence et que le bon sens terrien était bien loin dans le luxe.
  • Entre les lignes, vous aurez confirmation que les vedettes s’habillent gratuitement, et que les mannequins sont anorexiques parce qu’on leur demande de chausser des robes en-dessous de leur taille.
  • Vous irez tous les soirs à des soirées mondaines jusqu’à en avoir les pieds en compote, talons très hauts, l’uniforme obligatoire, expliquant cela. Votre souci ne sera pas de dire « qu’est-ce qu’on mange ce soir » (les petits fours sont en abondance dans les cocktails, et même pas appréciés car c’est régime continuel) mais « comment s’habiller ce soir » pour être sûre d’être regardée avec admiration dans ces assemblées qui vous dépiautent et sont sans pitié sur la marque ou le style que vous adoptez.
  • Vous courrez dans les défilés et serez désespérée d’être reléguée au 3e rang avec l’héroïne —je vous laisse lire pour comprendre pourquoi.

Et bien plus encore : tout, tout, tout, vous saurez tout sur la rédaction d’un magazine de presse. Le titre résume bien la situation, c’est un défilé de vanités !

L’avez-vous lu ?

Le Défilé des Vanités – La mode sens dessus dessous – de Cécile Sépulchre Editions Ballan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s