Carte de voeux

J’ai l’impression de recevoir de plus en plus de bons vœux à l’occasion de la nouvelle année. Mais que valent-ils au fond ? Je passe sur le fait que cette tradition m’interpelle car sur le principe j’espère chaque jour le meilleur pour tous plutôt qu’une fois par an.

C’est un peu comme toutes ces journées que l’on est obligé de mettre en place pour rappeler qu’on ne doit pas faire ceci ou cela… malgré le 8 mars, les femmes restent en posture fragile, et le 10 mai n’a pas aboli l’esclavage dans notre monde bassement humain. Ces deux exemples juste pour montrer que toutes les causes ne se résolvent pas par des mots mais par des actes. Les mots justement… même plus écrits à la main ! Envoyés à coup de SMS, de whatsapp, de mails anonymes… jusqu’aux cartes de vœux électroniques, le summum de la perfection pour être bien vu. La carte de vœux manuscrite serait-elle ringarde et promise aux oubliettes ? Pas si sûr si on examine sa teneur.

Cartes de voeux

Un article de Version Femina (n°978) nous interpelle sur l’importance de l’écriture manuscrite et celle que les Français lui accorde pour qualifier une personne. Il est vrai que, dans mon métier, il y a fort longtemps que nous proposons d’écrire à la main comme exercice de développement personnel. On parlait d’ailleurs du bullet Journal il y a quelques mois sur ce blog, une tendance marquée par le retour de l’écriture et la promotion de ses bienfaits.

Car rien que ce geste, pour peu qu’on y prête attention, apporte un (re)centrage sur soi et permet des connexions neuronales que l’ordinateur nous fait perdre : concentration, justesse au premier coup car on n’a pas droit à la rature que le traitement de texte gomme, évolution de la calligraphie pour être plus lisible, esthétique… Or, tout cela ne passe-t-il pas aussi dans le réel ? Quand on est capable de s’appliquer pour des lignes sur un papier, ne s’exerce-t-on pas à la faire aussi pour d’autres actes quotidiens ? Et puis ces lignes, elles ont aussi un fond qui va frapper notre inconscient : qu’écrit-on ? un mantra, une phrase positive… ou des banalités, ou pire des insultes, sous couvert d’écran ? J’ai le souvenir d’avoir passé un week-end à écrire une centaine de fois un paragraphe d’économie pour une punition générale donnée par un professeur. Des décennies plus tard, j’en suis encore marquée… non je ne suis ni traumatisée par le fait d’écrire, ni par l’économie, objet d’une partie de mes études, mais par l’injustice de cette punition qui m’est tombée dessus alors que j’avais fait les devoirs demandés ! Alors à vos crayons et stylos, même si vous estimez faire des pattes de mouche, ou faites des fautes, reprendre la plume fait du bien au cerveau.

Je l’ai donc fait cette année de rares cartes de vœux, choisies, réfléchies, plutôt que nombreuses et peu personnelles. Je vous conseille pour cela de vous mettre des critères. Par exemple, j’ai pris les personnes que je ne connaissais pas l’année dernière. Et j’ai posé sur un carton, différent pour chacune et avec une image qui me semblait appropriée à la situation, quelques mots bien pesés pour chaque destinataire.

La Poste a augmenté ses tarifs et ne distribue bientôt que des factures et autres courriers pesants. Envoyer une carte deviendrait donc un petit investissement et un mini acte héroïque : que d’attention pour quelqu’un tout à coup. De quoi vous faire sortir de l’ordinaire. Repensez donc au plaisir que vous avez à recevoir une carte postale en été, petit bout de carton qui donne le sourire même à l’heure des emails et autres sms.

Car quoi de plus ordinaire que la police New Roman ou Arial ? Les pleins et déliés de l’ordinateur sont devenus si banals que j’en ai oublié qu’il y a moins de 10 ans les lettres d’embauche tapées à la machine étaient fortement déconseillées. Il est vrai que la main fait passer tant de choses que la machine nivelle. Comment ne pas lire à travers et au-delà des mots une correspondance, même à objectif un peu formel comme une recherche d’emploi, ou des vœux de bonne année ? Car toute écriture est unique, ce n’est pas les graphologues qui me contrediront. Que veulent dire cette signature enroulée, ce parfum du papier, ces lignes si rabougries qu’elles en sont illisibles, cette droiture du texte alors que le papier est blanc, cette marge de gauche remplie, et tant d’autres ?

Décidément, mes mains s’expriment peut-être mieux que moi à travers un objet aussi modeste qu’un crayon. Et si j’en crois les études autour des neurosciences, pratiquer le stylo rend intelligent. D’ailleurs, il y a des modes de la calligraphie, du coloriage, des mandalas : autant de supports qui n’utilisent qu’une plume modernisée par la bille ou le feutre mais qui sont des marques de notre évolution humaine. Et individuellement, constatons aussi que notre écriture évolue avec nous : comment est votre écriture par rapport à votre table d’écolier ? Je vous propose qu’on puisse la prendre comme un petit baromètre personnel : à bien le regarder de près, qu’est-ce que ça donne comme signe ? Pas besoin de faire des études particulières pour constater si l’on tremble, dérape des carreaux ou dilue avec aisance des lettres, et remarquer un lien possible avec sa vie.

Alors, pour cette nouvelle année, si votre première carte de vœux vous était destinée ? Notez vos souhaits, faites une liste de vos envies. Ils peuvent représenter un seul mot mais vous allez l’écrire avec soin, délicatesse, enluminure et avec votre main. Je vous souhaite sincèrement de voir de bonnes choses dans ce miroir.

Les bienfaits de l'écriture manuscrite
Pinterest moi !

Une réflexion au sujet de « Carte de voeux »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s