Ecologie pratique avec Michèle Rivasi

Je suis toujours admirative de voir des femmes à une place que j’aimerais tenir alors que je n’en ai pas la force. Je suis encore plus époustouflée lorsque ces femmes sont dans le dur univers de la politique et qu’elles y ont un discours dissonant par rapport aux modèles qui sont la plupart du temps dans l’opposition et le clivage qu’elle que soit leur appartenance. Ainsi, Michèle Rivasi me semble de cette veine et a pris le pouvoir qu’on ne lui aurait pas forcément laissé vu sa génération.

Michèle Rivasi

Oui, vous allez me dire qu’elle aussi a une couleur, la verte en l’occurrence… C’est peut-être pour ça que ce qu’elle fait me plait car je suis plutôt sensible à l’écologie, mais j’ai en horreur l’écologie politique. Et c’est là que Michèle Rivasi paraît avoir l’intelligence d’utiliser le système pour faire passer des idées qui au moins freinent les folies du monde à défaut de le changer complètement. Le documentaire Écologie : la méthode Rivasi diffusé sur France 3 le 17 novembre dernier a posé cela avec beaucoup d’intérêt et m’a confirmé que vraiment cette femme méritait bien un article.

Michèle Rivasi est née drômoise et semble attachée à sa région qu’elle utilise toujours pour poser ses actions. Elle explique que tout a commencé pour elle en 1986 alors qu’elle se souciait des dangers du nucléaire. Il faut préciser que ce fût l’année de l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl. A l’époque, je ne me souciais pas que de pareilles installations existaient, et encore moins de leurs risques. Lorsque la catastrophe arriva, c’était un grand week-end du 1er mai et je découvrais pour la première fois Paris. Autant dire que cette dangerosité ne nous a pas trop inquiété d’autant plus qu’on nous expliquait que le nuage radioactif s’arrêtait à notre frontière et que l’Ukraine, qu’on savait tout juste situer quand on était bon en géographie, paraissait bien loin. Dieu que la jeunesse est ignorante et naïve, heureusement, je me suis rattrapée depuis. Michèle Rivasi, elle, fonda un observatoire indépendant sur le nucléaire (la CRIIRAD), secteur dont elle allait découvrir la puissance d’action et de pression et on se demande comment elle n’en est pas sortie broyée à lutter contre ce lobby.

Inlassable, elle a dénoncé les incidents nucléaires qu’on nous aurait tus, les centrales obsolètes à fermer ou encore expliqué les déchets mortels sur des milliers d’années. En ce moment encore, elle est vigilante à propos du chantier d’enfouissement en grande profondeur de résidus radioactifs dans la Marne pour des temps que je n’arrive pas à compter : des centaines de milliers d’années. Mais quel héritage laissons-nous à l’humanité ? Alors je frémis quand on nous fait de la publicité pour une voiture électrique qui, certes n’émet pas de gaz à effet de serre, mais peut être bien pire si l’on regarde globalement l’énergie qu’elle consomme. Et tant d’autres exemples où l’on nous vend de l’électricité alors que l’on a su s’en passer comme par exemple pour des petits gadgets électroménagers, les balais me semblant le pompon, ou la climatisation à tout va.

En tous cas, dénoncer le nucléaire fut une bonne porte d’entrée pour Michèle Rivasi qui de fil en aiguille entra en politique. Investie dans les collectivités locales de la Drôme, elle est aujourd’hui députée européenne et s’est spécialisée dans la santé environnementale. Quelle audace, quel courage quand la société et nos gouvernances estiment que dès que nous ne sommes pas dans les idées ambiantes nous sommes au mieux un charlatan (d’autant plus si nous ne sommes pas scientifiques), ou sinon ostracisés en vous déclarant appartenant à une mouvance sectaire, voire complotiste, qualificatif à la mode actuellement.

Car Michèle Rivasi s’attaque à bien des sujets, et par conséquent souvent à des multinationales tellement puissantes qu’elles font la pluie et le beau temps sur la planète. Le nucléaire auquel elle s’est déjà frottée, mais aussi la téléphonie pourvoyeuse d’ondes électromagnétiques ou les laboratoires pharmaceutiques avec les vaccins et médicaments pour n’en citer que trois déjà bien conséquents (et cela bien avant notre crise covid19). Tenace, Michèle Rivasi vote en faveur de l’homéopathie ou des énergies renouvelables, et propose de conserver des zones blanches pour que les électrosensibles puissent vivre tranquillement. Ainsi, chaque fois que je passe à Saint Julien en Beauchêne, commune qui a répondu à son appel pour préserver des espaces sans ondes, je me réjouis (en plus, c’est la route des vacances). Car nous avons là une succession de villages isolés et dépeuplés qui en seraient revigorés : accueillir des habitants sans portable, mais avec un téléphone fixe (ça suffit largement pour dire des bêtises) les reboosterait sans doute. C’est de l’aménagement du territoire à peu de frais !

Heureusement, Michèle Rivasi ne peut pas être trop taxée de gourou et encore moins d’ignorante car elle a une formation supérieure en sciences naturelles dont elle a fait métier en tant que professeure. Elle a aussi touché de près aux problématiques de l’environnement alors qu’elle était directrice de Greenpeace. Mais tout cela, on ne l’aurait pas demandé pour un homme peut-être… moi-même, en regardant le documentaire sur ses œuvres, j’avais oublié qu’elle s’était présentée aux primaires de la Présidence de la République en 2017, où Yannick Jadot a été préféré.

Ecologie pratique avec Michèle Rivasi
Pinterest moi !

C’est peut-être un signe Michèle : malgré les grosses couvertures et les petits plaids que vous cherchez en vous rapprochant des leaders politiques (souvent des hommes 😊) pour être mieux protégée dans les glaçantes contrées de l’économie délinquante que vous pourfendez, nous savons bien qu’ils ne vous arrivent pas à la cheville, ou qu’ils tirent à eux la pelisse. Pour preuve, ces personnages parlent mais n’ont guère eu le courage que vous déployez pour faire bouger les lignes dans le concret, et peut-être n’ont-ils vos convictions qu’en surface… la pelisse n’est-elle pas encore à eux aux grands moments ? Alors vous marchez seule. Mais vraiment il faut des femmes comme vous qui prennent le pouvoir, qui expliquent que se soigner avec des plantes c’est possible, qui invitent à oser des médecines alternatives ou qui dénoncent le glyphosate dans l’agriculture. Décidément, vous êtes quelqu’un dans le pragmatisme et pour la vie. Tout ça, c’est bien plus que de l’écologie (politique), c’est du bon sens et de l’ouverture d’esprit, c’est de l’espoir pour que la diversité et le choix nous restent. La prochaine fois, sortez encore plus du cadre, c’est ce qui vous réussit le mieux pour qu’on vous voit vraiment. Fi des primaires vertes (si vous y êtes encore) et déclarez vous candidate à la Présidence de la République directement. A cette heure, le monde a besoin de posture telles que la vôtre et que l’on entende plus votre voix pour que vous ayez les nôtres.

2 réflexions au sujet de « Ecologie pratique avec Michèle Rivasi »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s