Comment sera la mode post Covid-19 ?

Après des mois à zoner dans nos joggings et autres vêtements confortables (en somme un « Sunday look » toute la semaine), le déconfinement nous a apporté un nouvel accessoire mode, le masque, et des envies de tenues qui allient esthétique et pratique (on n’a pas oublié nos pyjamas d’avril). Alors est-ce que le covid-19 aura réellement un impact sur la mode ?

Les récupérables

Dans le Journal du Textile n°2471, la journaliste Isabelle Manzoni fait un parallèle bien choisi entre la mode post coronavirus et le New Look de Christian Dior à la sortie de la seconde guerre mondiale. Si la nôtre de guerre n’est pas terminée, en 1947 le styliste et son goût pour les silhouettes généreuses en tissus avait mis au placard les tenues austères de la décennie passée. Finalement à notre époque c’est plutôt le phénomène inverse qui semble se produire.

New Look Christian Dior

Sobriété décalée et confort en toutes circonstances

Même si le retour d’une certaine liberté donne des envies de frivolité et de fantaisie, souvent assouvies avec le port d’un masque fait maison, la pandémie aura surtout laissé des envies de sobriété. Exit la consommation à outrance et les tenues copiées-collées dans chaque placard, le confinement nous aura appris à faire peu avec ce que l’on a. On chine, on upcycle, on crée de toute pièce, etc. D’ailleurs, la couture à repris du gallon et les ventes de machines à coudre explosent (sur le site Darty.com les commandes ont augmenté depuis le 13 avril de + 600 % par rapport à la même période en 2019 selon un article du Parisien). Ainsi Elisabeth Orat, directrice de la mode pour le cabinet de tendance Peclers, explique dans le Journal du Textile qu’elle croit à « un mélange entre simplicité durable et de bonne qualité mélangée à des touches surprenantes qui agissent comme un coup d’éclat. » On revient ici aux classiques des vestiaires, le tailleur, la chemise blanche, la robe trois trous, etc, que l’on vient pimper avec un accessoire fantaisie, et pourquoi pas du fait maison !  Plus que tout, on ne cache pas son envie de confort : plus question de se couler dans un jean trop serré ou des chemisiers engoncés. On retrouve des matières naturelles, des coupes fluides, une mode plus casual qui avait déjà fait son retour avant la pandémie et qui prédisait peut-être nos huit semaines de jogging et autres leggings à la maison.

Mais les cabinets de tendances prédisent surtout une redéfinition du système de la mode face au ras-le bol de la surproduction et de la surconsommation. Elisabeth Prat évoque le concept « d’innovation frugale » qui consiste à répondre à un besoin de la manière la plus simple et efficace possible en utilisant un minimum de moyen, une notion que l’on ferait bien d’appliquer au quotidien. Malheureusement quand je vois les interminables files d’attentes qui s’étirent devant les magasins en ce premier jour de soldes, je me demande quand même si ces « prédictions » ne seraient pas digne d’une Madame Irma fatiguée…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s