En vin le temps passe…

Cela me fait toujours un choc de voir nos enfants qui « sont bientôt plus vieux que nous » dirait mon père… Et à chaque anniversaire, le gâteau a de plus en plus de mal à contenir les bougies et là je songe à ce temps incertain que nous passons sur cette terre. Cette perception, somme toute parfois déplaisante malgré la fête que chacun espère, a été grande cette fois avec la bouteille de vin sortie pour l’occasion.

Vieilles bouteilles de vin

Nulle n’est parfaite, j’ai épousé un Bourguignon. Alors imaginez la fierté qu’il a à sortir de bons crûs. S’il pouvait vous faire lécher la poussière de la cave, il le ferait tant il veut montrer la valeur de ses nectars ! Certes, celui-là était bien bon, et rempli autant d’amour que de boisson, mais surtout, il nous fit remarquer son année. Tout pile de l’âge de notre fille… moi qui ai toujours l’impression de l’avoir posée il y a cinq minutes, voilà que je voyais le décor de la Côte de Beaune, les vendangeurs pliés ramassant le raisin alors que j’étais jeune maman à la maternité !

Et puis, j’ai senti sur mes jambes de petite fille la douce chaleur de la cuve de grappes de raisins où mon oncle m’avait mise en culotte pour tasser les grumes. Cette odeur de vinasse tracassait mon nez et allait devenir le vin de table de la ferme. Jean Ferrat nommait cela « une horrible piquette » dans ses chansons : je ne peux confirmer car le vin était interdit aux enfants. A juste titre d’ailleurs, l’appétence vient en grandissant c’est bien connu. Au moins, elle servait à faire chabrot (pour ceux qui ne savent pas, c’est ajouter du vin rouge dans ses dernières cuillerées de soupe) et mon grand-père a vécu plutôt longtemps. Et puis, on a fait arracher leurs vignes aux paysans… enfin, pas partout. Et j’ai oublié cette viticulture vivrière bien loin des Côtes de Nuits, Romanée-Conti et autres Clos Vougeot qui en font rêver plus d’uns.

Mon mari, lui, goûtait le vin car chez les propriétaires viticoles, c’est comme pour Obélix et la potion magique : on tombe dedans tout petit. Alors forcément, ça laisse des traces : et qui sent la pâte de coing ? Et cette robe, vous avez vu cet orangé ? Ah cette longueur en bouche… Tout ça, je l’ai appris désormais. Pour les œnologues, cette lecture est une compétence comme celle du nez pour le parfumeur. A tel point que le vin devient une valeur d’investissement. L’univers du vin est fou parfois, à l’instar des œuvres d’art : saurez-vous repérer la bonne année ? le bon viticulteur qui va savoir élever son jus pour en faire des stars dans les 3 étoiles gastronomiques ? et ne parlons pas des parcelles des terroirs où le moindre mètre carré accueillant un cep vaut plus cher qu’un emplacement premium sur les Champs Elysées. Ici, le vin devient comme l’immobilier : du placement de long terme, du refuge.

Beaune premier cru 1993

Pour revenir à mes gros sabots auxquels j’ai associé la finesse de mon nez et dans ma chair les climats de Bourgogne, pour moi, le vin est bon ou pas. C’est une affaire de goût comme lorsqu’on dit « j’aime ou j’aime pas » devant un tableau. Je ne dois pas avoir encore assez de culture peut-être… ou de snobisme ? Les modes se font et se défont, les valeurs se construisent et s’écroulent. Les enchères montent, les collections s’installent. L’univers du vin n’y échappe pas, et bien que j’y rencontre des passionnés et des érudits, comme dans n’importe quel musée, je reste terre à terre : se délecter d’un breuvage, c’est bien le sens du goût, non ?

Décidément, ce jour là, j’ai surtout vu plus d’un demi-siècle traversé avec bien des étapes pour qu’on ait la carafe remplie sur la table. Et les années se sont écoulées sans que l’on s’en rende compte. Il était jeune et beau mon amant lorsqu’il a acheté un Clos de la si bien nommée Côte d’Or, sans penser qu’un jour il le partagerait avec son enfant devenu si grand.

Oui, en vain nous ne faisons que passer à travers ce temps qui s’écoule dans nos verres à vin.

Une réflexion au sujet de « En vin le temps passe… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s